Le Surinam, un partenaire clef pour une coopération régionale en santé publique dans les Guyanes

Le présent article a pour objectif principal de donner une vue d’ensemble des indicateurs de santé publique, en particulier concernant les maladies transmissibles, de ce pays replacé dans son contexte régional afin d’identifier les bases techniques d’une coopération avec ses voisins, au premier rang desquels se trouve le département français de la Guyane et ne prétend pas remplacer l’analyse de la situation de santé publiée régulièrement par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le Surinam, ancienne Guyane Hollandaise, est un pays de 163820 km2, bordé à l’ouest par le Guyana, à l’est par le département français de la Guyane et au sud par les états brésiliens de Para et d’Amapa.

Le pays est soumis à un climat équatorial avec des différences de pluviométrie notables entre la région côtière (2 m/an) et l’hinterland (autour de 1,5 m/an). La température moyenne annuelle est voisine des 25,5°C. Sur le haut-Maroni, le minimum moyen mensuel est de 21,5°C et le maximum moyen est de 30,5°C. La côte est basse, envasée des boues alluviales et presque partout colonisée par les palétuviers.

En arrière de cordons littoraux s’est développée une bande de savanes large de 50 km à 120 km. Au-delà s’étend la forêt équatoriale, continue et dense, à l’exception de l’extrême sud-ouest où l’on observe des savanes à galeries forestières.

Le pays est peuplé d’environ 450 000 habitants. Près de 90 p. 100 de la population se concentre sur une bande côtière représentant 20 p. 100 du territoire.
La composition ethnique comprend 7 grands groupes : Créoles (32 p. 100), Hindoustanis (37 p. 100), Indonésiens (15 p. 100), Noirs réfugiés (10 p. 100), Amérindiens (3 p. 100), Chinois (2 p. 100) et autres (Européens, Syro-Libanais, 1 p. 100). En outre, 50000 Guyaniens vivent dans la région de Nickerie, ainsi que 10 000 Haïtiens dans la région de Paramaribo.

Enfin, 35000 Brésiliens se répartissent entre la capitale et les sites d’orpaillage de l’intérieur, légaux et illégaux. Les 50 000 habitants de l’hinterland, Noirs réfugiés et Amérindiens, occupent une zone représentant 80 p. 100 du territoire.
La population Guyane Française résidant sur le versant surinamien du bassin du Maroni, en incluant le Tapanahony, était estimée en 1999 à 15000 personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *