Les mammifères frugivores arboricoles nocturnes d’une forêt guyanaise : inter-relations plantes-animaux

L’analyse d’un milieu aussi complexe que la forêt tropicale sud-américaine ne peut être envisagée qu’à long terme et avec de gros moyens, aussi avons-nous entrepris dans un premier temps l’étude d’une “fraction” de cet ecosystème.

Sans ignorer les multiples interactions qui lient tous les organismes vivant dans la même biocénose, nous avons considéré tout spécialement une communauté de mammifères frugivores arboricoles nocturnes et les principales espèces végétales qu’ils exploitent. Le milieu choisi, forêt secondaire néotropicale, représente un stade de la régénération forestière.

Comparée aux forêts primaires voisines, mosaïques de biotopes à différents stades de maturation, la forêt secondaire apparaît comme un milieu moins complexe où les espèces végétales sont moins diversifiées.

Les inter-relations pouvant exister entre les mammifères présents et les espèces végétales qu’ils exploitent sont donc relativement plus faciles à mettre en évidence.

Sans être aussi accentuées que dans les régions tropicales ou tempérées, les variations climatiques en milieu équatorial sont
suffisamment marquées pour soumettre animaux et végétaux à des contraintes saisonnières.
Une telle étude ne pouvait donc être
envisagée que sur une période supérieure à la durée d’un cycle annuel.

Auteur(s) : P. Charles-Dominique, M. Atramentowicz, M. Charles-Dominique, H. Gérard, A. Hladik, C.M. Hladik, M.F. Prévost
Édition : Revue d'Ecologie (La Terre et la Vie), vol. 35
Année : 1981
Nbre de pages : 95
Type : Article numérisé
Langue(s) : Français
Format(s) : PDF
Source : Institut de Recherche pour le Développement. (IRD)

Site
Document

Classé dans :

Envoyer par email le lien vers cet article Envoyer par email le lien vers cet article

Quelques articles connexes :