Vie et survie en Guyane

 Actualites Guyane Francaise – Philippe Gilabert découvre la Guyane en tant que militaire lors de missions en forêt profonde. Breveté du CEFE et ancien moniteur forêt, il décide de s’y implanter en 1994 afin de monter un campement touristique sur le fleuve Approuague : le Cisame.

Cet ouvrage traite d’un sujet bien précis : le milieu équatorial de l’Amazonie, la Guyane française. Tout ce qui est écrit dans ces différents chapitres a été testé, utilisé par nos soins ou ceux de camarades, lors de raids en forêt profonde, de stages, de séjours en survie ou tout simplement de vie. Tout ce que nous vous livrons a été appris auprès de guides, de gens de la forêt, de la Selva : Amérindiens. Saramaca, Brésiliens qui savent en tirer le meilleur en respectant certaines règles fondamentales.
Ici, plus qu’ailleurs, le plus grand danger est la méconnaissance de l’environnement. Pour mémoire rappelons que l’on peut mourir de faim en quelques semaines, de soif en quelques jours, mais de panique en quelques minutes. Suivez ce lien et en savoir plus sur tourisme en Guyane Française.
Avec un minimum de connaissances, cette forêt offre tout ce qui est nécessaire au naufragé pour se nourrir, s’abriter, se déplacer, s’orienter, se soigner, survivre. Mais, par-dessus tout, ce qui est indispensable et introuvable dans ces lignes, comme en forêt d’ailleurs, c’est votre détermination de vivre. C’est votre force mentale, additionnée à vos connaissances des techniques et des matériels, qui vous permettront de sortir vainqueur de cette épreuve.
II est évident qu’une partie des techniques que vous apprendrez dans cet ouvrage est applicable sur d’autres terrains, en Europe, Afrique ou Asie… Il suffit de s’adapter, c’est là aussi une règle d’importance à respecter. Ce n’est pas le terrain qui doit se plier à vous, mais bien vous au terrain. Il faut savoir faire corps et esprit avec ce milieu pour espérer en retirer le maximum.
Ce livre a pour but de toucher un public désireux de connaître les techniques propres à la vie, voire à la survie, en forêt tropicale amazonienne, mais aussi celui de donner des éléments de base nécessaires afin d’organiser une expédition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *